Le poivre Sanshô, un trésor dans la cuisine

Le Sanshô : cette baie produite au Japon en zone de montagne, sur les contreforts volcaniques, fait partie intégrante de la gastronomie nippone depuis des millénaires et commence à pointer ses parfums citronnés sous d’autres latitudes. Un caractère si particulier qu’elle séduit même déjà les chefs français qui commencent à l’intégrer à leur cuisine.

Souvent assimilé au poivre de Sichuan, le sanShô n’a pourtant aucun lien de parenté avec cette épice star. La plante, sorte de frêne épineux, appartient à la famille des rutacées et pousse à l’état sauvage, notamment au sud de l’Île de Honshu dans la préfecture de Wakayama qui produit à elle seule 80 % de la production de l’archipel. Il existe cependant d’autres variétés, plus épicées, qui poussent au pied des Alpes japonaises ou dans la localité de Kochi au sud de l’île de Shikoku.

C’est dans la préfecture de Gifu, dans la vallée de la rivière Takahara, dans un rayon de 5 km seulement que se trouve certainement la variété la plus atypique. Ses baies ont une saveur singulière, mais sont aussi plus petites et plus parfumées que les baies de sanshô traditionnelles. Certainement à cause de l’altitude – 800 mètres – et aux températures de la région, mais également à la présence de la station d’eau chaude de Okuhida Onsen-gô.

Après la période de pollinisation au début du mois de mai, apparaissent les pousses et les fleurs : « hanasanshô ». Récoltées début juin, elles sont très attendues pour intégrer la cuisine Kaiseki. Cette cuisine délicate composée de mets saisonniers servis en petites portions que vous pourrez goûter lors d’un séjour à Hoshino Resorts KAI Enshu dans la préfecture de Shizuoka. Les premiers fruits « misanshô » sont ramassés vers la fin du mois avant de terminer par les baies mûres entre juillet et août.  

Une fois récoltées, les baies sont séchées durant une à deux journées à l’ombre, puis au soleil jusqu’à ce qu’elles se fendent afin que l’on puisse en extraire le fruit conservé intact.  Une partie des baies sera cuite et mise en saumure pour réaliser des préparations de sanshô condimentées ; le péricarpe étant quant à lui transformé en poudre, pour servir d’assaisonnement, idéal pour relever poissons et viandes, crus ou grillés.

4 activités 100% fun pour vos enfants dans les Alpes japonaises

Lorsque vous décollerez pour le Japon, vos enfants seront loin d’imaginer les vacances que vous leur réservez. Voici 4 activités que vos enfants vont adorer à coup sûr !

Initiation à l’équitation :  La région de Kobuchizawa entretient depuis très longtemps une relation intime avec les chevaux. Elle remonte à l’ère Sengoku durant laquelle le commandant Shingen Takeda se servait de la région comme d’une base arrière lorsqu’il tentait de conquérir la province de Shinano. Aujourd’hui encore les lieux gardent l’empreinte de cette période. C’est donc en toute logique que des centres équestres se sont installés ici-même, afin de partager avec le public leur amour historique des chevaux.
Activité pour les vacances au Japon

L’enseignement de l’équitation est ici tout à fait singulier et s’appuie sur l’art d’apprivoiser le cheval, de le comprendre et de réussir ensuite à installer avec lui une parfaite relation de confiance. Accessible en seulement 10 minutes de route depuis Hoshino Resorts RISONARE Yatsugatake, cette activité séduira à coup sûr les plus jeunes. Alors, prêts les petits cavaliers ?

Jouer au cowboy en pleine forêt : Ce centre équestre propose aux plus petits d’endosser un habit de cowboy, et de chevaucher un poney comme au temps du Far West pour partir à la découverte de la forêt alentours. Une chevauchée qui ne manquera pas de fun et qui devrait ancrer des souvenirs durables dans la mémoire de vos petites têtes blondes ! Yihaa !

Vacances en famille au Japon

Une course en altitude sur des rondins de bois :  Une fois dans la forêt, les enfants auront la possibilité de prendre de la hauteur pour découvrir la faune et la flore des environs. Accompagnés d’un guide et solidement harnachés pour garantir leur sécurité, ils se lanceront sur un parcours de rondins de bois, attachés à 5 ou 7 mètres du sol. Une manière pour le moins originale de faire connaissance avec un monde inconnu et si impressionnant pour eux.  A essayer d’urgence !

Activité insolite au Japon

Jeux et découvertes en pleine nature : La situation géographique de Hoshino Resorts RISONARE Yatsugatake offre aussi la possibilité de bien d’autres jeux en plein air. L’apprentissage des fruits et légumes d’été, avec en prime la cueillette et la préparation d’un curry parfumé qui devrait à coup sûr leur faire enfin aimer les légumes. Et comme les environs possèdent parmi les eaux les plus claires du Japon, vos enfants pourront se jeter à l’eau dans de grands éclats de rires et se laisser transporter par le courant jusqu’au ponton suivant.

Atelier nature au Japon

Alors, prêts pour des vacances au Japon que vos enfants n’oublieront pas de sitôt ?

Un simple bol japonais qui cache un travail d’artisanat exceptionnel

L’artisanat est extrêmement développé au Japon, c’est le savoir-faire d’hommes passionnés et méticuleux, attentifs au geste, précis, soucieux de transmettre et de respecter la tradition, et surtout doués d’un immense talent.

Si il y a bien un objet que nous avons tous eu entre les mains, en France ou à l’étranger, et qui symbolise le Japon – et sa gastronomie – c’est ce petit bol laqué souvent rouge ou noir utilisé pour servir le traditionnel bouillon dashis. Au delà de l’admiration que l’on peut ressentir en observant la beauté de ces bols, difficile d’imaginer tout le travail qui se cache derrière et le nombre de techniques existantes pour la fabrication de ces objets d’art.

Vaisselle design japonais

Si des traces de cet artisanat ont été retrouvées il y a très longtemps en Chine, il semblerait avec évidence que le Japon s’impose comme le précurseur dans cette technique. Une pièce laquée plus ancienne a en effet été découverte dans la préfecture de Fukui – sur la côte Est de l’île -, elle remonterait à 12 600 ans avant notre ère. C’est dire si les japonais ont eu le temps depuis de peaufiner leur technique.

Assiette japonaise ancienne

Ces bols – et autres objets laqués – réalisés à base de bois ou de papier sont ensuite recouverts d’un vernis issu de la sève d’un arbre appelé justement « arbre à laque » ou « Vernis du Japon » (Toxicodendron Vernicifluum). Un spécimen d’une vingtaine de mètres dont la sève toxique est utilisée dans l’artisanat asiatique depuis des millénaires. La technique est quant à elle propre à chaque région où elle est appliquée. Nous pourrions presque dire, en ce qui concerne le laquage, qu’il existe autant de techniques que de régions au Japon.

Art moderne japonais

La région de Tsugaru dans la préfecture d’Aomori, tout au nord de l’île, en possède quatre. L’un d’entre-elles ne requiert pas moins de 48 étapes avant de terminer la réalisation d’une seule pièce. Imaginez le temps passé, la patience et l’attention portés par ces artisans à la pratique de leur art. La singularité de la laque « Tsugaru-nuri » est qu’elle résulte d’un procédé de recouvrement, de polissage et de grattage qui donne à l’objet final une profondeur et une intensité de couleur incomparables. Vous pourrez admirer et acheter quelques-uns de ces objets traditionnels laqués lors de votre séjour à Hoshino Resorts Aomoriya, lui aussi situé dans la préfecture Aomori.

Bol design d'artisanat

La technique de « Aizu-nuri » pratiquée dans la région de Aizu, préfecture de Fukushima, est elle aussi unique. Le dessin se fait tout d’abord à la laque, puis il est coloré avec de la poudre de pigment ou d’or. L’aspect apporté par cette technique donne aux objets un côté très chic et luxueux.

Dans la région de Kyoto se pratique la laque « Kyo-shikki », certainement l’une des plus populaires au Japon, seule à utiliser le concept du « wabi-sabi » qui associe le raffinement de l’esthétique et la spiritualité. De fait, les objets fabriqués sont plus considérés comme de l’artisanat d’art plutôt que des objets du quotidien.

Enfin la plus populaire est la laque « Wajima-nuri ». Cette technique totalise 124 couches de laque, l’épaisseur apportée par les multiples applications rend chaque objet très résistant et quasiment inusable. On dit même que ces laques peuvent se transmettre de génération en génération.

Décoration chambre japonaise

Selon la région que vous visitez, vous pourrez trouver un de ces fabuleux objets laqués à rapporter de votre voyage. Plateau, bol, plat, bento ou petit meuble. Ce souvenir vraiment représentatif du Japon, pourra simplement rester utile ou décorer votre intérieur mais il vous permettra surtout de raconter son incroyable histoire…

Spring Joppari festival : un hommage féerique à la floraison des pommiers

Les japonais sont sensibles aux saisons, attachés aux rites et très à l’écoute de la nature. C’est pourquoi en plus des 4 saisons particulièrement bien marquées dans le pays, ils en repèrent de nombreuses autres qui viennent ponctuer les mois qui s’écoulent, initiées par l’arrivée d’un oiseau, le souffle d’un vent nouveau, ou la floraison d’un arbre toujours propice à des instants de féerie.

Hoshino Resorts Aomoriya

Hoshino Resorts Aomoryia organise pour la première fois le festival Joppari dédié à la floraison des pommiers. Du 08 avril au 30 juin 2016, vous découvrirez un spectacle hors du commun. Le square Jawamegu au centre du resort, est pour l’occasion entièrement décoré de lanternes, chacune s’attachant à reproduire l’image des fleurs du pommier pour faire revivre aux spectateurs la magie de cet instant où les fleurs de pommier éclosent.

Tradition des messages du festival Joppari

Lors de ces festivités, les japonais se pressent auprès du stand installé au centre du square afin de retirer leur « omikuji », une petite bandelette de papier sur laquelle est inscrite une prédiction. Quelque soit le sujet (amour, santé, travail, etc.) chacun est curieux de découvrir ce que l’avenir lui réserve. Une fois lecture faite, deux solutions : conserver le papier si la prédiction est bonne, l’attacher à l’arbre si l’annonce n’est pas positive.

Ombrelles et lanternes Japonaises Joppari

Durant ces soirées de joies et de fêtes, vivez des moments enchanteurs, en admirant les lanternes au son de la musique et promenez vous sur le chemin des ombrelles.
Les ombrelles sont ici toutes décorées de fleurs selon une technique propre au festival, puis déposées à même le sol et éclairées individuellement, afin d’offrir un chemin de lumière et un spectacle inattendu invitant à un certain romantisme.

Cocktail aux fruits japonais

Ces moments féeriques et hors du temps ne peuvent se vivre qu’au Japon, ou tout un peuple respectueux des traditions ne se lasse pas d’admirer la nature et de créer ces moments de magie que vous êtes vous aussi conviés à partager.

Le bento, l’art de vivre du voyageur japonais

Bento, ou plus exactement eki-bento qui signifie « la boîte repas de la gare ». L’Ekiben – la contraction communément utilisée aujourd’hui – fait partie intégrante de l’art de vivre japonais. Vous le comprendrez dès votre arrivée au Japon en découvrant ses kiosques installés dans toutes les gares devant lesquelles les japonais se massent à l’heure du déjeuner pour emporter avec eux l’objet de leur repas.

Relaxation et bien-être dans un onsen

Le premier ekiben serait né en 1885 dans la gare d’Utsunomiya à Tochigi – station où vous descendrez pour séjourner par exemple dans les Hoshino Resorts KAI Kinugawa ou KAI Nikko ou KAI Kawaji – au moment de la création des chemins de fer japonais entre Ueno et Utsunomiya.
La compagnie ferroviaire a demandé à l’époque à une auberge de la région de réaliser de quoi sustenter les passagers effectuant le voyage. Voilà comment est né le premier bento qui se composait à l’origine d’onigiri, soit des boulettes de riz.

Bento traditionnel de boulettes de riz

L’Ekiben, dont il existe aujourd’hui plus de 2000 variétés, est toujours le reflet de la saison mais aussi celui de la gastronomie locale. Chaque boîte repas étant conçue à partir des produits régionaux où elle est réalisée. Se nourrir d’un ekiben est plus qu’une agréable façon d’agrémenter son voyage, c’est aussi le moyen de découvrir les différentes cultures gastronomiques des régions que vous visitez.

Bento de luxe en bois

Et si les contenus varient, les bentos aussi. Des plus classiques rectangulaires, vous pourrez trouvez des ekibens de forme hexagonale comme celle d’Aomori, dont les 14 compartiments renferment chacun une saveur différentes de la région. Tōge no Kamaneshi, vendu en gare de Yokokawa à Gunma est quant à lui en céramique (ainsi ils peut être réutilisable) et rempli de 11 ingrédients. Le Bento Joshu D-51 est lui inspiré de la locomotive éponyme, rare mais toujours en service, qui dessert la gare de Takasaki au nord ouest de Tokyo.

Bento en voyage au Japon

Alors, prêt à voyager comme le font les japonais ?

Sakura, la magie d’un instant

Sakura est devenu avec le temps un mot très familier dans le monde entier. Observez dans la rue et remarquez le nombre de restaurants dont le nom fait référence à la floraison des cerisiers.

Route au Japon avec des arbres Sakura

Le mot Sakura définit à la fois l’arbre et les fleurs. On distingue deux étapes : l’éclosion « kaika », et la pleine floraison « mankai » celle tant attendu par les Japonais eux même. Très sensibles aux saisons, les Japonais le sont plus encore durant cette brève période de l’année qui selon la météo ne s’étend que sur quelques semaines. Les premiers arbres en fleurs s’admirent dans le sud de l’archipel au mois de mars, des îles d’Okinawa, où le climat est le plus doux, les dernières floraisons s’apprécient dans le nord jusqu’au début du mois de mai, sur l’île d’Hokkaido où la météo est la plus fraîche.

Un voyage en bateau pour voir les cerisiers Sakura

La floraison des cerisiers est un moment enchanteur, les centaines de variétés d’arbres recensées sur le territoire sont autant de tonalités passant du blanc au rose pâle pour aller jusqu’au rose très prononcé. La variété la plus appréciée est somei yoshino dont les fleurs ornées de 5 pétales offrent une subtile teinte blanche aux reflets rose pâle. Kikuzakura est une variété dont la fleur peut arborer jusqu’à 100 pétales. Mais quelque soit la couleur ou le nombre de pétales des fleurs, la magie opère toujours et personne ne reste insensible au spectacle de ces milliers de fleurs offertes par la nature. Hoshino Resorts KAI Tsugaru dans la préfecture de Aomori est un lieu tout trouver pour admirer la floraison des cerisiers.

Onsen d'un hôtel de luxe au Japon

Pour immortaliser le moment, les Japonais se retrouvent dans les parcs pour admirer les fleurs, les photographier et pique niquer en famille ou entre amis. La meilleure manière de profiter de Sakura est certainement celle là. Initiez vous à cet art de vivre, à la tradition de la contemplation des fleurs de cerisiers que les Japonais considèrent comme une métaphore de la vie, à la fois belle et lumineuse mais aussi éphémère, symbolisant par là notre passage sur terre.

Fleuraison des arbres Sakura au Japon

Profitez de cette expérience, vivez ce moment unique au Japon, sentez la magie de l’instant à deux ou en famille. Participez à l’engouement d’un peuple pour l’une de ses plus vieilles traditions. Prenez vous au jeu, suivez l’évolution de la floraisons sur les bulletins météorologiques « Sakura Zensen », et soyez là au bon moment pour repartir avec un superbe cliché qui gravera pour toujours la beauté de votre séjour. Mieux, participez au festival des cerisiers en fleur d’Hirosaki, qui offre de nombreuses animations durant toutes la période de floraison.

Les mystères du célèbre thé japonais

L’humanité connaît le thé depuis 3500 ans, c’est aujourd’hui la boisson la plus consommée au monde après l’eau et avant le café. Si tous les thés sont issus d’une seule et même plante « Camelia Sinensis », c’est le moment choisi pour la récolte et leur mode de transformation qui les définira – blanc, bleu, vert, rouge ou noir.

Récolte du thé au Japon

Le thé japonais est un thé bien particulier. Uniquement « vert », il se distingue par ses procédés de fabrication propre à chacun d’entre eux. Le plus connu et le plus réputé est incontestablement celui de la cérémonie du thé, le matcha. Pour obtenir ce thé unique, les théiers sont couverts au moins 20 jours avant la récolte afin de filtrer les rayons du soleil, les jeunes pousses sont ensuite cueillies à la main une par une dès qu’elles ont une la bonne tenue, et la fermeté désirée. Pour éviter qu’elles ne fermentent, les feuilles sont immédiatement cuites à la vapeur puis séchées et brassées à l’air frais pulsé, et à nouveau séchées à 170°. Ces feuilles seront moulues juste avant leur commercialisation afin d’en conserver tous les parfums. Cette poudre de thé sera diluée dans de l’eau chaude au moment du service à l’aide d’un objet bien particulier, un petit fouet en bambou, ressemblant à une petite brosse du nom de chasen.

La préparation du thé est un vrai rituel

La cérémonie du thé se vit sur les bords de la rivière Oîgaiwa sur la terrasse de HOSHINOYA Kyoto, où ce moment délicat prend une toute autre dimension durant le printemps lorsque les cerisiers sont en fleurs. Un peu plus tard au mois de mai, l’hôtel devient le point de départ d’excursions vers les plantations de théiers, pour découvrir cet univers et rencontrer les producteurs avec à la clé un lunch composé à base de feuilles de thé.

La cérémonie du thé, moment zen de relaxation

Le second thé le plus réputé au Japon est le Sencha, c’est le thé vert japonais par excellence. Les feuilles sont cueillies, immédiatement cuites à la vapeur afin d’éviter toute oxydation des feuilles puis travaillées sur un plan de travail chauffé à une température de 40-50° jusqu’à ce qu’elles soient totalement sèches. L’opération peut prendre de 4 à 7 heures. Ce qui permet d’obtenir une centaine de grammes de thé tout au plus. On comprendra mieux par la suite le prix de vente de cet or vert.

L'hôtel Hoshino Resorts KAI Enshu

Le thé Sencha représente 80 % du thé bu au Japon. Vous le savourez lors d’une pause durant votre séjour à Hoshino Resorts KAI Enshu dans la préfecture de Shizuoka, région productrice de thé en bordure de l’océan pacifique, non loin du Mont Fuji. Il est conseillé pour bien l’apprécier, de l’infuser dans une eau à 80° car au delà il prendrait en bouche des notes amères et tanniques. Ce thé frais et délicat est une merveille pour qui l’apprécie mais ne séduit pourtant pas tous les palais par ses notes végétales un peu particulières il faut l’avouer. Prenez le temps de déguster cette boisson pure et délicate, inscrite depuis des siècles dans l’art de vivre japonais.

4 Raisons pour se mettre au glamping au Japon

Inventé par les japonais férus d’un art de vivre particulier, le « glamping » est né de la contraction de glamour et de camping. L’idée est d’associer la simplicité et le côté fun du camping au raffinement d’un hôtel de luxe, HOSHINOYA Fuji, afin de vivre une expérience unique face au Mont Fuji.

Voici 4 bonnes raisons de vivre une expérience 100% « glamping » au Japon :

1 – Profiter des joies du camping sans ses inconvénients. La vie au grand air, un bol de nature et d’air pur associés aux avantages d’un hôtel de luxe. Votre « cabine » au design épuré, vous offre confort et intimité avec salle de bain toute équipée, lit confortable et terrasse privative dont vous pourrez profiter chaque matin pour prendre tranquillement votre petit déjeuner en admirant le Mont Fuji en ayant l’impression de flotter au dessus de la forêt.

L'hôtel de luxe Hoshino Resorts HOSHINOYA Fuji au Japon

FR bouton booking_fr_image size

2 – Se laisser bercer par le silence de la forêt, dormir comme un bébé et se réveiller frais comme la rosée du matin, heureux d’admirer cette nature généreuse qui joue les caméléons au fil des saisons. Forêt verdoyante en été, rousse à l’automne, chatoyante au printemps, avec en point de mire le lac Kawaguchi formé suite à une éruption volcanique qui vous laisse le loisir du canyoning pour dynamiser vos journées.

Chambre d'hôtel de luxe pour le glamping au Japon

3 – Goûter aux joies de la liberté et du camping chic et décomplexé, écouter respirer la forêt, se relaxer, rêver, bouquiner, partager un verre ou un repas, échanger autour du feu de camp, prendre le temps de complétement déconnecter du quotidien en se laissant aller à la convivialité de repas et de moments partagés autour d’une grande table d’hôte sur la terrasse commune. Lieu de rencontres, de réunions de famille, et de repas entre amis.

camping de luxe avec cuisine Japonaise

4 – Redécouvrir le plaisir du barbecue qui prend ici des airs de fête.  Le chef attentif à son environnement prend soin de sélectionner les meilleurs produits locaux. Légumes et viandes proviennent de la région et sont préparés avec soin, le chef s’attachant à préserver les saveurs de chaque ingrédient pour offrir un maximum de goût. Les clients pouvant choisir de dîner à l’extérieur, dans la salle du restaurant ou sur sa terrasse avec son chef « privé ».

Repas japonais en glamping au Mont Fuji

Photos : HOSHINOYA Fuji